LA DESOBEISSANCE CIVILE… Henry David Thoreau

Un homme est riche de tout ce dont il peut se passer.
Henry David. Thoreau

Toute loi qui altère son but premier s’anéantit d’elle-même ; elle n’est pas une loi.
Quand des autorités gouvernementales exercent le pouvoir de façon arbitraire et injuste, elles sapent la crédibilité de leurs décisions, de leur respectabilité et de leur autorité. Même si ces autorités sont investies du pouvoir civil, le mauvais usage de ce pouvoir remet en cause sa légitimité. La violation du principe de non-malfaisance et des droits naturels, les arguments fallacieux employés pour justifier ces indignités ne relèvent pas des vexations inévitables dans tout gouvernement : ce sont de graves injustices qui ne sauraient être tolérées.

Il n’y aura jamais vraiment un état ​libre et éclairé, jusqu’à ce que l’état arrive à reconnaître l’individu comme une puissance supérieure et indépendante, à partir de laquelle tout le pouvoir et l’autorité sont dérivés, et le traite en conséquence

Extrait de  La Désobéissance civile (1849)

http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2014/03/d%C3%A9sob%C3%A9issance-civile.png

Henry David Thoreau, né David Henry Thoreau le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts) où il est mort le 6 mai 1862, est un essayiste, philosophe, mémorialiste et poète américain.

Il est surtout connu pour Walden or Life in the Woods (1854), ses réflexions sur une vie simple loin de la technologie, dans les bois, ainsi que pour La Désobéissance civile (1849), où il argumente l’idée d’une résistance individuelle à un gouvernement jugé souvent injuste.

Les livres, articles, essais, journaux et poésies de Thoreau remplissent vingt volumes. Parmi ses contributions les plus importantes on trouve ses écrits sur l’histoire naturelle et la philosophie, où il anticipe l’écologie et l’histoire environnementale, deux des sources de l’environnementalisme et des tenants de la décroissance aujourd’hui.

Il fut abolitionniste toute sa vie, faisant des conférences attaquant les lois régissant les esclaves évadés et capturés, louant le travail de Wendell Phillips et de l’abolitionniste John Brown. Sa philosophie de résistance non violente influencera plus tard la pensée et les actions de figures telles que Tolstoï, Gandhi et Martin Luther King.

.

Ce contenu a été publié dans Coups de coeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *