PRÉSERVER L’ENFANCE EN SOI par Chantal Thomas

cartier bressonPhoto Cartier Bresson

Préserver l’enfance en soi
« Les enfants ne sont habitués à rien, tout leur arrive avec une sorte d’étonnement et d’excitation, d’envie de comprendre, une capacité à accepter d’être dépassé, le contraire de la vision blasée. Ces sensations ne m’ont jamais quittée. » Rester dans une proximité vive avec l’enfance ne signifie pas être passéiste – « J’ai horreur de cette idée qu’avant tout était mieux, que l’on vit tout sur le mode du déclin et que tout est perdu. » L’enfance, c’est une « réserve », une possibilité de ressources, un peu comme l’imaginaire, une chose en plus. Si l’on peut continuer à s’en servir, surtout contre le « sérieux » des adultes, c’est extraordinaire. Une grande partie de l’éducation consiste à nous apprendre à accepter l’ennui. Or, quand on est enfant, l’ennui est insupportable.

Chantal Thomas écrivain et universitaire française

 

Ce contenu a été publié dans Coups de coeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *