MA RESPIRANTE ANDRÉ CHENET poème

femme homme sembrassant

 MA RESPIRANTE

ma précieuse rencontre
ma folie vibratoire
ma muse voluptueuse
ma lumière d’après-minuit
ma confiture de baie sauvages
mon église paillarde
ma paille de bergerie
pleine d’odeurs entêtantes
ma vitrine enchantée
où s’exposent mes désirs
ma libellule d’émois
comme flèche de jade
entre les nélumbos du plaisir
ma mousson féconde
ma savane crissante
comme les vagues sur le sable
ma blessure ravivée
où es-tu dis-moi où tu es ?
ma machine amoureuse
au regard de radium
mon épouse célibataire
qui me hausse sur la terre
de toutes les ailes de ton rire
ma respirante ma suffocante
ma diablesse biblique
au milieu des flammes et du sang
comme une prêtresse vaudou
mon alarmante souveraine
aux larmes de sirène
sur les joues des beaux jours
ma liane chasseresse
tressée avec une douceur de Licorne
ma fièvre d’Amazonie
ma provocante ma serpentueuse
Mélusine des métamorphoses
où es-tu dis-moi où tu es ?

 ANDRÉ CHENET

Ce contenu a été publié dans Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *