DRÔLES DE MÉTIERS

Elisabeth Daynès

Paléo-artiste ou sculpteur en Préhistoire

 

Siffleur professionnel

Le siffleur des westerns spaghettis de Sergio Leone n’était ni le stagiaire de la réal, ni un joueur de flûte à bec. Mais bien un professionnel. Ou comment siffler en travaillant.

Voix de la SNCF

Simone Heraut est la seule à exercer cette profession en France. C’est elle qui vous annonce l’arrivée en gare du train en provenance Lyon Part Dieu ainsi que ses éventuels retards. Mais qui me parle ?

Sourceur

C’est un chasseur d’essences naturelles. Son métier : trouver les matières premières olfactives qui feront les grandes fragrances de demain. Ça y est vous êtes au parfum.

 Créateur de blague Carambar

Carambar en fait tout un mystère. Mais selon le Parisien, ce serait une agence extérieure qui concocterait les Mr et Mme en s’inspirant d’études marketing. Sans blague ?

 Feutier

Ce métier n’existe qu’à Lourdes. Logique, puisqu’il ne s’exerce que dans les Sanctuaires. Son rôle : veiller sur les millions de cierges qui brûlent sans discontinuer. Presque un exploit olympique.

 Creamers

C’était Le job de l’été 2010. L’office de tourisme des Sables d’Olonnes proposait six semaines payées 5000 euros pour conseiller les vacanciers sur leur crème solaire, voire leur appliquer. Sous le soleil exactement.

 Goûteur d’eau

Ils ont du nez et du palais. Ils analysent les qualités gustatives, olfactives, et visuelles des eaux avant leur mise en vente en bouteille ou leur distribution au robinet. Vous reprendrez bien un verre ?

 Tailleur de pierre

Non, il n’y a pas qu’Obélix. Les tailleurs de pierre réalisent chaque jour murs, voûtes, ou colonnes en pierre. Et surtout rien à voir avec les sculpteurs, par Toutatix !

 Claqueur

Pendant que vous sombriez doucement dans un léger sommeil, lui savait qu’il fallait applaudir à la scène 2 de l’acte 3. C’est son métier et ça claque !

 Gardien d’île

« Le meilleur job du monde » avait fait le buzz en 2009 : un état australien proposait de flâner pendant six mois sur une île tropicale pour la modique somme de 75 000 euros. Qui l’eut cru(soé) ?

Ce contenu a été publié dans insolite, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *