TE VOIR M’EST PLUS QU’UN JOUR poème

 femme sur canapé mains jointes

Te voir m’est plus qu’un jour.

La soumise douceur du soir tombant agreste

S’étend délicieuse à son front violet

Comme devers le fleuve effleuré d’un galet

Les ombres se défont au mouvoir de ton geste

Sais-tu combien je sais ton essence orpheline

Ainsi qu’un faune seul aux lointains firmaments

Tes parfums sont pareils aux philtres endormants

Et ton sein me recueille au bouton cornaline

Tes yeux viennent sombrer dans d’océanes vagues

Et meurent comme meurt le désir dans tes cris

Je tais patiemment les Cieux dans leur pourpris

Sans jamais contester l’ambre jaune à tes bagues

Mon cœur de palpiter par d’indomptables fièvres

Fait écho tendrement à tes gestes battus

Par l’aile des Oiseaux silencieux et tus

Mes doigts cueillent la rose ouverte de tes lèvres.

Ton ventre à la couleur des faïences de Sèvres

Quand verrai-je couler le ruisseau des vertus.

Daniel

Merci pour ce si beau poème mon ami

Ce contenu a été publié dans Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à TE VOIR M’EST PLUS QU’UN JOUR poème

  1. Daniel dit :

    Patricia, merci pour avoir déposé mon texte.

    Je le prends comme un cadeau avec son illustration et le duo « Carpe dien ».
    Bisous
    Daniel

  2. admin dit :

    Il le vaut bien !!!

    Heureuse que la photo et la musique qui l’accompagne te plaise

    Merci Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *