LES RÉPLIQUES LES PLUS DRÔLES DU THÉÂTRE (Pierre Arditi)

LES RÉPLIQUES LES PLUS DRÔLES DU THÉÂTRE


Je ne bois du vin que lorsque je suis de bonne humeur.

Diable ! Une bouteille doit vous durer longtemps.

Eugène LABICHE, Embrassons-nous, Folleville !

Dans son état, il serait capable de dormir sur le capot d’une formule 1 pendant les 24 Heures du Mans.

Erard LAUZIER, Le Garçon d’appartement

Quand vous aurez donné votre démission, vous n’aurez plus peur d’être renvoyé.

A ce compte-là, pour être sûr de n’avoir pas de migraine je pourrais me faire couper la tête.

Marcel AYME la Mouche bleue

Je ne lui ai envoyé qu’une lettre :

«Cher monsieur, j’ai lu vos poèmes deux fois. Vous auriez bien fait d’en faire autant.

Jan DE HARTOG, Le Ciel de lit (adaptation de Colette)

Je ne suis pas tapissier, je suis décorateur !

Je ne vois pas la différence.

Tu la verras sur la facture.

Ray COONEY 1 et John CHAPMAN, Le Saut du lit –

adaptation de Marcel Mithois

En 1906, Lady Havelock est enlevée à Londres son mari refuse de payer la rançon.

Il reçoit d’abord une oreille, puis deux, puis un doigt, puis une main, puis un bras

Bon, ça va, est-ce qu’il a payé finalement ?

Non, pour ce qui restait ça n’en valait pas la peine.

Francis VEBER, L’Enlèvement

-Ce n’est pas un crime de spéculer.

-Peut-être, mon cher, mais ce qu’on ne vous pardonnera jamais, c’est d’y avoir pensé avant nous !

Pierre-Aristide BRÉAL, LA Grande Oreille

Au Canada, ils ne savent plus comment employer leurs bûcherons : ils leur font tailler des cure-dents en pointe à coups de hache !

Neil SlMON, Le Grand Standing (adaptation de Raymond Castans)

Vous, vous êtes en habit et moi je suis en chemise. Eh bien …

Eh bien ?

Eh bien ça me gêne.

Elle vous gêne ? Eh bien enlevez-la !

Georges FEYDEAU, La main passe

Moi aussi, à votre âge, j’avais toutes les exigences. Sous prétexte que j’étais prête à tout donner à un homme, je le voulais à moi, totalement. Eh bien, ma chère enfant, j’ai une nouvelle pour vous: ce bonhomme dont nous rêvons toutes n’existe pas. C est un animal fabuleux. Comme la licorne, le cheval-vapeur ou l’éléphant rose … Vous ne l’attraperez pas. Croyez-en ma longue expérience. J’ai beaucoup traqué l’éléphant rose.

Pierre BARILLET et Jean-Pierre GRÉDY, fleur de cactus

L’amour ne m’a jamais déçue, je ne lui ai jamais rien demandé.

Marcel PAGNOL, Topaze

C’est magnifique quand on a vingt ans d’avoir le même âge !

Plus tard, tu verras la différence qu’il y a entre un homme et une femme de cinquante ans !

Sacha GUITRY, Mon père avait raison

Les femmes, c’est comme les photographies : il y a un imbécile qui conserve précieusement le cliché pendant que les gens d’esprit se partagent les épreuves.

BECQUE, L’Enfant prodigue

D’après toi, l’amour serait un crime?

Disons que c’est un grand malheur… auquel pour rien au monde on ne voudrait échapper.

André ROUSSIN et Madeleine GRAY, Hélène ou la Joie de vivre


Extrait du livre de poche

Les répliques les plus drôles du théâtre.

Pierre Arditi

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à LES RÉPLIQUES LES PLUS DRÔLES DU THÉÂTRE (Pierre Arditi)

  1. mcraam dit :

    Trop amusant et de même chargé de sens.
    Où l’avez-vous trouvé ce chef d’œuvre ?
    M E R C I .

  2. admin dit :

    mcraam

    J’ai tout simplement le livre à la maison.

    J’en posterai d’autres tout aussi amusantes.

    Merci de votre fidélité.

    Tit’can I

  3. tournesol dit :

    -Ce n’est pas un crime de spéculer.

    -Peut-être, mon cher, mais ce qu’on ne vous pardonnera jamais, c’est d’y avoir pensé avant nous !

    Pierre-Aristide BRÉAL, LA Grande Oreille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *