LE VOILE (poème érotique)

patio6

LE VOILE

 Elle avançait pieds nus dans le patio blanchi

D’un jasmin capiteux sucrant l’air du soir,

De ce pas délicieux qui le menait à lui,

Couverte de son voile aux beaux reflets de moire.

 Le visage immobile il restait à distance,

Comme un félin gracieux captivé par sa proie,

Quand il l’a percevait dans cette sourde indécence,

Criant sa nudité sublimée par la soie.

 Le désir en suspend, elle le savait transi,

Captif de ses rondeurs les prunelles aux abois,

Attendant impatient, le doux geste en sursis,

Où elle ferait glisser son voile sur le sofa.

 Elle s’enduisait de l’huile aux macéras de roses

Dénouant sa crinière sur ses reins satinés,

Laissant paraître ainsi ses courbes en braseros,

Formant sur les murs blancs des ombres de péché.

 A son approche trouble, les paupières mi-closes,

Il cueillait sur ses lèvres ses fruits de volupté

Qu’elle portait en offrande à la bouche tendre éclose

Menant à leur extrême les deux corps exaltés.

 Alors lui parvenait cette aura lumineuse

Dans ces nuits enivrantes éblouies, envoûtées,

Où elle s’offrait à lui vibrante et amoureuse,

A ses mains d’homme aveugle à sa féminité.

 Tit’can I

Ce contenu a été publié dans Mes poèmes érotiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *