LE BAL DES GOURMANDISES (conte pour enfants)

LE BAL DES GOURMANDISES

Le bal des gourmandises, avait lieu à la pâtisserie «Les Délices» rue des Douceurs.
Ce bal regroupait les stars des goûters, celles que l’on s’arrache à la sortie de l’école, et qui fondent sur la langue des plus gourmands.
La soirée commençait à être fort joyeuse.
Monsieur et madame les galettes des rois, trônaient sur l’étagère la plus haute avec leurs belles couronnes. Tandis que les sucettes se tenaient bien droites près de la piste de danse. D’autres un peu plus rondes attendaient que Monsieur chocolat au lait, vêtu de son magnifique costume argenté, les invitent à danser.
Tout à coup on entendit s’exclamer une charlotte aux poires :
« – Oh ! mais laissez moi donc tranquille, j’en ai assez d’être toujours entourée d’une ribambelle de biscuits qui me collent tout le temps ! »
Mais sa colère s’arrêta aussitôt. Elle venait d’apercevoir un mince éclair au chocolat pour lequel elle eût un vrai coup de foudre.
Des airs mielleux et sucrés se succédaient, joués au piano par un pain d’épices toujours aussi bronzé. Il faut dire qu’il rentrait d’un long séjour au four.
Un cookies jouait fort bien de la batterie de casseroles. Il avait demandé à deux baguettes de l’aider à trouver le rythme.
« – Qu’il est chou ce guitariste laissez moi le rencontrer s’écriait la crème chantilly. »
Le chewing gum était vert de rage :
«- J’en ai assez, personne ne veux danser avec moi parce que je suis trop collant, je ne viendrai plus ici !»
 » – Tu n’as qu’à faire comme nous, lui proposait les caramels mous. Nous restons sagement collés sur nos napperons, et d’ici on peut voir toute la vitrine.
Un sucre d’orge regardait avec envie la souple guimauve qui dansait. Il n’osait pas l’inviter par peur de se briser dans ses bras.
«- Oh c’est lui, enfin il est là ! S’exclamèrent en coeur les tartelettes aux fraises rougissantes.  »
Un croissant costaud avec ses bras en accent circonflexe attirait tous les regards. Les papillotes se retournèrent pour le voir.
« – Qu’il est gonflé ! Critiquèrent agacés les nombreux petits fours. Nous aussi on pourraient être aussi gros si on voulaient.»
« – He bien mes amis, vous auriez besoin d’un peu de levure pour être comme lui, ou comme moi !» Se moquait un beignet.
A l’écart près du four, un timide pain au chocolat sentit son coeur fondre en apercevant une petite meringue pâle et fragile qui se poudrait de sucre glace.
C’est alors que la brioche fît une entrée très remarquée, avec ses belles joues rondes.
«- Voyez cette orgueilleuse dans sa robe toute dorée, elle se croit toujours la plus belle ! Il serait bien qu’elle fasse un régime.» Ricanèrent les crêpes pleines de taches de rousseur.
Elles n’eurent pas le temps d’en dire plus, des babas au rhum arrivaient à grand bruit dans la pâtisserie.
L’orchestre s’arrêta de jouer. Tous regardèrent les babas qui étaient alcoolisés comme toujours.
L’un d’eux bouscula le mince rouleau de réglisse qui se trouvait au bord de l’étagère, très élégant dans son smocking noir.
Celui-ci se déroula jusqu’en bas, heureusement il se réenroula aussi vite.
Des oursons en chocolat essayèrent de faire entendre raison aux babas :
«- Allez soyez gentils laissez nous tranquilles, vous savez bien que vous n’êtes pas invités ici ! »
« – C’est pas des p’tits nounours qui vont nous faire peur ! cria l’un d’eux. »
Les madeleines éclatèrent en sanglots, ce qui fît ricaner les babas.
«- C’est assez !» tonna une voix forte au fond de la vitrine.
Des palmiers, et deux pains aux raisins sursautèrent.
Trois malabars s’avançaient vers les babas :
« – Vous cherchez la bagarre on dirait messieurs ? »
Les babas restèrent bouche bée, ils n’avaient pas remarqués les trois musclés parmi la foule de gâteaux.
« – Heu, ben non, on passait juste pour voir.
 » – Ca vaut mieux pour vous menacèrent les malabars. »
 » – Bon, allez les gars on s’en va, c’est trop tarte ici. Et puis y a même pas une goutte d’alcool. Mais en reculant ils ne remarquèrent pas les rochers coco derrière eux. Ils trébuchèrent et se retrouvèrent sur le sol tout applatit.
« – Nous voilà enfin bien débarrassé de ces vilains gâteaux, s’exclama un chausson aux pommes. »
La soirée retrouva alors son esprit joyeux jusqu’au petit matin dans une ambiance agréablement parfumée de chocolat, de fraises, et de réglisse. Les gâteaux un peu à plat reprirent leurs places sur les dentelles de papier, et les friandises un peu collantes regagnèrent leurs bocaux de verre. Chacun rêvant d’être à nouveau invité au prochain bal des Gourmandises.
Tit’can I

Ce contenu a été publié dans Mes Contes pour enfants, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à LE BAL DES GOURMANDISES (conte pour enfants)

  1. yveline dit :

    sublime!!! un régal non seulement pour la lecture mais aussi pour le plaisir gustatif car en le lisant on peut sentir toutes ces bonnes patisseries … Tu es le st.honoré de cette histoire …

  2. admin dit :

    Yveline

    Merci de tes mots mon amie, St Honoré ou Paris Brest même ? C’est pâte à choux tout ça de toute façon…

    Bises

    Tit’can I

  3. Michel dit :

    Tit’can I,
    A la recherche de contes gourmands je viens de tomber sur ce bel et bon texte, j’en ai encore les doigts poisseux et la langue bien sucrée.
    J’interviens, à titre bénévole, en médiathèque autorise-tu à dire ce joli conte ?

    Après ce petit « amuse-gueule » je reviendrai feuilleter quelques pages.
    Bises

  4. admin dit :

    Michel

    Vous pouvez bien entendu lire ce texte aux enfants, j’apprécierai que vous veniez de me dire comment ils l’ont perçu.

    Merci de vous y être arrêté.

    Amicalement.

    Tit’can I

  5. Michel dit :

    Tit’can I

    Suite de mon courriel du 23 avril.
    Ce Matin j’ai fais ma première lecture du Bal des Gourmandises auprès des enfants du Centre aéré de Langon(35). Ils étaient une vingtaine agés de 3 à 9 ans.
    Pendant toute cette lecture, qui est relativement longue pour les plus petits, j’ai eu un grand calme ponctué bien évidemment de quelques
    murmures jubilatoires sans compter les yeux ensoleillés.
    La lecture terminée, les plus gourmands s’en sont donnés à coeur joie sur leurs préférences pâtissaires.
    En conclusion, le conte à été très bien reçu y compris par les adultes.
    Je suis prêt à recommencer l’expérience puis à l’apprendre et à le dire.
    (vous avez mon adresse email si vous le souhaitez.
    Merci pour ce texte.
    Michel

  6. admin dit :

    Michel

    Merci beaucoup de l’intérêt que vous avez porté à ce conte, et votre gentillesse à revenir m’en faire le commentaire.

    Bien à vous.

    Tit’can I

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *