IVRESSE (poème)

 

couple-allonge

IVRESSE

Lorsque je te regarde que tes yeux disent vient
Que ma langueur s’attarde lentement en tes mains
Te laissant en souffrance de cueillir ces instants
Où je me ferai danse de tous tes agréments

Parée de mes dentelles, j’inviterai mes reins
A glisser contre l’aine où tu brûleras soudain
N’ayant pour seul chemin que ton corps attisé
Et déclenchant soudain mon désir effronté

Avivant ton ivresse tes tempes seront sang
Mes mains folles déesses, ton ventre palpitant
Là, mordillant ta peau un moment gourgandine
Tu frémiras d’émoi à cette emprise divine

Je mènerai ainsi au gré de mes caprices
Cette danse d’éros où tu voudras encore
Qu’à l’aube de l’ultime ma bouche ne faiblisse
T’amenant au délice du plus fou des transports

Me laissant seule maîtresse te menant à mes jeux
Tu seras mon errance ma essence mon aveu
Affamés de prouesses mes sens seront feux
Étourdie d’un art d’être, plaisirs voluptueux

Tit’can I

Ce contenu a été publié dans Mes poèmes érotiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à IVRESSE (poème)

  1. Roger dit :

    Oui… oui… ça chauffe…
    Nous sommes très loin de la chambre 39…
    Et puis, je vois que tu t’y es mise, aux alexandrins…
    Bravo !
    Bisous
    Roger

  2. admin dit :

    En effet Roger les alexandrins c’est ce que je pratique habituellement mais en les coupant…
    C’est sûr que ni toi ni moi seront dans cette situation le 14… Heureusement parce que pour les tenues (comme sur la photo) on risquerait de ne pas se sentir très à l’aise sur scène…

    BIZ

    Tit’can I

  3. Roger dit :

    Oui, tu as raison…
    Si on adoptait la même tenue que sur la photo, j’en connais deux qui seraient contents du voyage… ton mari et ma femme…
    Gros bisous
    à samedi…

    Roger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *