MAUVAISE PLAISANTERIE

MAUVAISE PLAISANTERIE

C’était dans les années 80.

Avec une amie, alors que nous nous ennuyions un peu au fin fond de notre campagne provençale nous voilà partie pour la bonne blague à faire.

Il faut dire que nous avions trouvé une cible de choix :

LE POSTIER D’UN VILLAGE VOISIN…

En effet ce monsieur fort désagréable, jamais aimable, et en particulier avec les dames avec lesquelles il devait avoir des comptes à régler manifestement,  se comportait de manière assez misogyne sur les bords autrement dit…

Donc notre « victime » étant toute trouvée, nous avions décidées de passer à l’ATTAQUE…

A l’époque n’ayant pas de portables nous nous étions organisées de la manière suivante. Pendant que l’une restait au domicile, l’autre allait jusqu’à la poste qui était à quelques kilomètres et avant d’y pénétrer devait appeler d’une cabine juste en face pour signaler à celle restée à la maison, le moment où elle serait devant le guichetier.

Dès ce signal, quelques minutes après celle qui était au domicile appelait le guichetier dont on avait apprit le nom tout à fait par hasard, ce qui était un heureux coup de bol…

Il s’appelait Mr Le Blanc…

Et pendant que celle qui attendait au guichet regardait le guichetier décrocher son téléphone, sachant ce qu’il allait entendre, le plus dur était alors de ne pas piquer le fou rire magistral qui montait.

Car ce Mr Le Blanc s’entendait traiter de blanc bec misogyne qui risquait de se prendre une dérouillée à la sortie de son boulot s’il se montrait dorénavant, pas plus aimable avec sa clientèle féminine… (on prenait des voix de voyous).

Le pire on a osé renouveler une deuxième fois le scénario, en changeant les mots (quand même on a de l’imagination…), histoire que la deuxième profite à son tour du spectacle du mec au visage cramoisi de honte.

Bon ok, ça casse pas trois pattes à un poisson, y a pas de quoi en être fière non plus , je suis d’accord, mais perdues dans les vignes, où il se passe pas grand chose, y a des moments où Tit’can I avait envie de s’amuser avec un vilain mal dégrossit.

Et en plus quand ça vous fait piquer des fous rires avec la copine, je crois que c’est pardonnable…

Tit’can I

Ce contenu a été publié dans Mes folles aventures. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *