EN VACANCES humour

Afficher l'image d'origine

 

EN VACANCES

Oh tu arrêtes !

Quoi ?

Tu crois que je t’ai pas vu !

Ben quoi ?

C’est vexant à la fin !

Oh là là, de suite la jalouse

Oui la jalouse

Mais y a rien à jalouser

C’est ce que tu dis !

Mais enfin y pas de comparaisons à faire

Moi j’en fais

Toi OK mais moi j’en fais pas

Oh l’hypocrite !!

Je suis juste comme tous les hommes

C’est bien ce que je dis

Tu vas pas criser pour si peu non !!

C’est pas si peu, ça m’agace c’est tout

Mais qu’est-ce qui t’agace

Que tu restes les lorgner comme ça

Mais arrête !! les tiens sont aussi beaux !!

Oui c’est ça

Tu me crois pas ??

Non

Regarde ils sont très quelconque les siens

Je crois pas non

Bien moins gros que les tiens en tout cas

Oui mais plus beaux

Non juste différents c’est tout

Tu vas quand même pas les tâter aussi non

La vendeuse serait certainement d’accord, hé hé, j’ai de jolies mains

Et puis quoi encore espèce de sans-gène

Ben j’ai vu un mec oser le faire hier

Quoi et elle a rien dit ?

Non elle rigolait même avec lui

D’accord, ben je suis pas prête de revenir ici

Tiens t’es revenu de la plage toi ??

Oui papa, mais pourquoi tu pleures maman ??

Oh rien de grave elle croit que ceux de la vendeuse sont mieux que les siens

Mais non maman, le père de ma copine a dit que les tiens étaient super et surtout très bons

Il a dit ça ??? !!!

Oui et il a même dit que les plus mous c’est ce qu’il préfère

Je vais lui en foutre moi des plus mous !!!

Oh là là vous êtes grave les parents !!!  Tout ça pour des caramels bretons !!!

Tit’can I

Publié dans Mes sketches | Marqué avec , , , | 3 commentaires

AURA DES PÂQUERETTES humour

Afficher l'image d'origine

C’est qui celui qui dans le jardin fait peur à l’asiatique ???

L’épouvante Thaï

Tit’can I

Publié dans Humour | Laisser un commentaire

NOUVELLE BRÈVE poésie humoristique

Afficher l'image d'origine

NOUVELLE BRÈVE

Il crève

Sur une grève

Où le vent se lève

Il n’y faisait pas la grève

Encore moins une trêve

En rien ça ne le dégrève

D’être venu par la drève

Pour y chercher de la sève

Que maladroitement il prélève

C’était pourtant un bon élève

Mais n’ayant guère de grands rêves

A part d’avoir un sacolève

On sait qu’il parachève

Une thèse sur les fèves

Maintenant qu’on le soulève

Ou qu’on l’achève…

Tit’can I

7 juillet 2016

Publié dans Mes poèmes | Marqué avec , , | 5 commentaires

Jiddu Krishnamurti (1895-1986) citations

Jiddu Krishnamurti un maître spirituel d’exception

 

Afficher l'image d'origine

Publié dans Coups de coeur | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain Victor Hugo

Afficher l'image d'origine

Le Verrou

Peinture de Fragonard

Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain

Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain,
Mais le terrestre en elle avait un air divin.
Des flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;
Elle acceptait l’amour et tous ses incendies,
Rêvait au tutoiement, se risquait pas à pas,
Ne se refusait point et ne se livrait pas ;
Sa tendre obéissance était haute et sereine ;
Elle savait se faire esclave et rester reine,
Suprême grâce ! et quoi de plus inattendu
Que d’avoir tout donné sans avoir rien perdu !
Elle était nue avec un abandon sublime
Et, couchée en un lit, semblait sur une cime.
A mesure qu’en elle entrait l’amour vainqueur,
On eût dit que le ciel lui jaillissait du coeur ;
Elle vous caressait avec de la lumière ;
La nudité des pieds fait la marche plus fière
Chez ces êtres pétris d’idéale beauté ;
Il lui venait dans l’ombre au front une clarté
Pareille à la nocturne auréole des pôles ;
A travers les baisers, de ses blanches épaules
On croyait voir sortir deux ailes lentement ;
Son regard était bleu, d’un bleu de firmament ;
Et c’était la grandeur de cette femme étrange
Qu’en cessant d’être vierge elle devenait ange.

VICTOR HUGO

(1802-1885)

Publié dans Poèmes | Marqué avec , , , | 3 commentaires

MESDEMOISELLES MES P’TITES FILLES poème

Afficher l'image d'origine

MESDEMOISELLES MES P’TITES FILLES

Mesdemoiselles mes p’tites filles

Veuillez cesser de me faire rire

Avec vos yeux qui dégoupillent

Et me font cacher des sourires

Pour être tout à fait honnête

Je vous dirai quel cinéma

Après des ans de mamounette

Me voici votre mamina

Vous me mettez sur les rotules

Vives ogresses de mon temps

Et parfois même je capitule

Face à vous, à vos jeunes ans

Quand un éclat de joie survient

Dans nos jeux tendres partagés

Un grand émoi soudain m’étreint

Mon cœur en est tout chaviré

Je me dis que la vie sur terre

Quel qu’en soit le prix à payer

Vaut plus encore quand une grand-mère

Découvre une telle continuité…

A mes belles et tendres petites filles

Tit’can I

Publié dans Mes poèmes | Marqué avec , , | 3 commentaires

ECRIRE DES LIVRES citation Cioran

Afficher l'image d'origine

On ne devrait écrire des livres que pour y dire des choses qu’on oserait confier à personne.

Emile Michel Cioran

Publié dans citations et proverbes | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

TU ME FAIS PLANER Michel Delpech (chanson)

Quand les garçons osaient encore se prendre des vestes en allant inviter les filles à danser…

Publié dans chansons, Coups de coeur, video | Laisser un commentaire

HUBERT MOUNIER (chanson)

Parti sur une autre chic planète voir si les sirènes existent…

Je suis très attristée de la disparation de cet artiste poète à la voix masculine swing de crooner dont j’ai toujours adorée les chansons depuis la sortie de l’Affaire Louis’ Trio

Musicien et dessinateur hors pair si peu médiatisé et trop oublié des médias ses dernières années pourquoi ???

Le meilleur de la pop française des années 80. Beaucoup de tendresse et de subtilité.

Entre la douceur de son Succès de larmes, le peps de sa Chic planète, sa chouette Cabane en rondins où il faut prendre son Café tant qu’il est chaud, tu pars trop tôt sur le Grand huit…

Tu nous a fait si agréablement rêvé

TCHAO L’ARTISTE

ET CE MAGNIFIQUE DUO AVEC LE REGRETTE MICHEL DELPECH

Toutes les filles (live) (2007)

 

Publié dans chansons, video | Laisser un commentaire

MARIS STELLA poème de José-Maria de Hérédia

 Maris stella

Sous les coiffes de lin, toutes croisant leurs bras
Vêtues de laine rude ou de mince percale,
Les femmes à genoux sur le roc de la cale,
Regardent l’Océan blanchir l’île de Batz.

Les hommes, pères, fils, maris, amants, là-bas
Avec ceux de Paimpol, d’Audierne et de Cancale,
Vers le Nord sont partis pour la lointaine escale,
Que de hardis pêcheurs qui ne reviendront pas !

Par dessus la rumeur de la mer et des côtes,
Le chant plaintif s’élève, invoquant à voix hautes
L’Etoile sainte : espoir des marins en péril ;

Et l’Angélus, courbant tous ces fronts noirs de hâle,
Des clochers de Roscoff à ceux de Sybiril,
S’envole, tinte et meurt dans le ciel rose et pâle.

José-Maria de Hérédia (1842-1905)

 

Publié dans Poèmes | Marqué avec , | Un commentaire