METIERS A RISQUE… poème loufoque

MÉTIERS A RISQUE…

A l’intention des filles…

Le musicien aime les cordes sauf à son cou

Le trapéziste s’en balance

L’avocat vous offre un plaid Doiry comme cadeau

Avec le fleuriste c’est le bouquet

Avec le marin le pompon

Le pompier éteint votre feu

Le kinésithérapeute vous redresse sans arrêt

Le garagiste vous serre les boulons

Le plombier se met à genoux à vos pieds

Le cordonnier vous cire les pompes

Le caviste vous saoule

Le paysan vous offre du Zan de son pays

Le couvreur vous laisse des ardoises

Le poissonnier est toute ouïe

Le dentiste vous demande de ne pas trop l’ouvrir

L’électricien vous met sous tension

Le décorateur vous refait le fond de commerce

Le peintre a du mal à vous encadrer

Le photographe vous prend seulement dans son studio

Le policier ne tire pas à tous les coups

L’architecte vous fait des plans foireux

Le commercial vous vend du vent

Le prof vous dicte la conduite à tenir

Le brasseur vous met sous pression

Le pilote ne peut s’empêcher de voler

Le bijoutier est un homme en or, qui aime trop l’argent

L’opticien voit des lunettes partout sauf aux toilettes

L’informaticien parle trop souvent de bits

Le guide vous mène en bateau

Mais avec le pyrotechnicien

C’est le feu d’artifice assuré !!!

Tit’can I

Publié dans Mes poèmes | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

LES DÉSORIENTÉS Amin Maalouf -beau texte-

Extrait

Tout homme a le droit de partir, c’est son pays qui doit le persuader de rester – quoi qu’en disent les politiques grandiloquents. « Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays ». Facile à dire quand tu es milliardaire, et que tu viens d’être élu, à 43 ans, président des États-Unis d’Amérique! Mais lorsque, dans ton pays, tu ne peux ni travailler, ni te soigner, ni te loger, ni t’instruire, ni voter librement, ni exprimer ton opinion, ni même circuler dans les rues à ta guise, que vaut l’adage de John F. Kennedy? Pas grand-chose! C’est d’abord à ton pays de tenir, envers toi, un certain nombre d’engagements. Que tu y sois considéré comme un citoyen à part entière, que tu n’y subisses ni oppression, ni discrimination, ni privations indues. Ton pays et ses dirigeants ont l’obligation de t’assurer cela; sinon, tu ne leur dois rien. Ni attachement au sol, ni salut au drapeau. Le pays où tu peux vivre la tête haute, tu lui donnes tout, tu lui sacrifies tout, même ta propre vie; celui où tu dois vivre le tête basse, tu ne lui donnes rien. Qu’il s’agisse de ton pays d’accueil ou de ton pays d’origine. La magnanimité appelle la magnanimité, l’indifférence appelle l’indifférence, et le mépris appelle le mépris. Telle est la charte des êtres libres et, pour ma part, je n’en reconnais aucune autre.

Amin Maalouf édition Grasset

Publié dans Beaux textes | Laisser un commentaire

J’AIME TES D’SOUS… parodie

Slips et culottes séchant au soleil de Sicile, à Cefalù © Pierre Laclais

http://www.aquarelle-de-savoie.com/

J’AIME TES D’SOUS

Parodie de la chanson

« J’aime tes g’noux »

d’Henri Salvador

Ah, ah baisse ton pantalon..
Non, non, non, plus bas, plus bas..
Ah non ! non, plus haut..
Ah voila c’est ça!
Maintenant, ne bouge pas,
Ne bouge pas,
Reste comme ça d’accord ?

J’en ai connu, des jolis mecs,
Parfois plus beau que toi, j’en ai connu
Avec des corps pas laids,
Qui me faisaient bien moins d’effet
Comme tu me fais, me fais, me fais, me aïe
Quand tu t’assieds, c’est trèèèèès

Oh j’aime, j’aime, j’aime
Oh j’aime tes d’sous
Ça, j’adore tes d’sous
Ah oui j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
Ça c’est le Pérou

Il y a leurs photos, qui sont au bureau
De tes beaux dessous, partout, que c’est bon
Y en a au plafond
Tes dessous proche du patron
J’ai même osée en recoller dans quelques uns d’mes gros dossiers
Aïe vraiment que c’est fouuuu

Car j’aime, j’aime, j’aime
Aïe j’aime tes d’sous,
Et par-dessus tout
Oh j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime surtout ce qu’il y a en d’sou

Tes beaux reins me donnent faim
Le bas d’ton dos me rend marteau
Tout ça me rend chaude
Jusqu’à l’aube
Le reste quand t’es nu
Beaucoup mieux qu’Honnolulu
Ça me fait trop halluciner
Là je suis prête à disjoncteeeeer
J’te dis

J’aime, j’aime, j’aime,
J’aime tes d’sous
Sans boxer surtout
Oh j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
Plus qu’les noix d’cajou

Musique

refrain
J’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
Ils sont à mon goût
Ah j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
C’est ça qui vaut tout

Quand on va s’prom’ner, près du Rhône l’été
Que tu te carapates, désespoir,
Que mes doigts vibrants, ne font pas vraiment semblant
J’te dis tu sais très bien pourquoi
Tu sais combien j’suis fan de çaaaaaaaaaaa

Oh j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous,
Plus qu’les roudoudous
Ah j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
Doux comme les doudous

J’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
J’en suis folle c’est tout
J’aime, j’aime, j’aime
J’aime tes d’sous
Le reste et pis tout

Oh j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime, j’aime tes d’sous…

Tit’can I

La parodie d’Henri Salvador

http://youtu.be/y9BDUYxy9N0

L’originale de Shirley & Co

http://youtu.be/OkxS2FCXaVI

Publié dans Mes parodies | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

FRAPPER citation

Il n’y a qu’une chose qu’on devrait avoir le droit de frapper
L’esprit
A coups de poings de suspension…

Tit’can I

Publié dans Mes citations | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

SPONSOR DE CE CORPS…

SPONSOR DE CE CORPS…

Au même titre que des lascars qui se font Oscariser
Me voici mieux que Picard j’suis enfin sponsorisée
Mes poèmes tristes ont ému le tout dernier PDG
De kleenex, dont toutes les ventes depuis ne cessent d’augmenter
Pour mes poèmes comiques, j’ai même l’appui de Confiance
Les crises de rire hystériques donnant de l’incontinence
Mes poèmes d’amitié ont l’soutien d’Copains d’Avant
Qui les a plébiscité sur ses pages aux airs d’antan
Pour mes poèmes d’amour, c’est avec Interflora
Ils riment avec belles de jour, et les bouquets d’hortensias
Pour mes écrits érotiques, c’est Durex évidemment
Car avec eux, toutes les triques se débrident éperdument
Pour mes nouvelles littéraires, les équipes de Flammarion
M’offrent leurs têtes de gondoles toutes en super promotion
Quant à mes pièces de théâtre, le cours Simon les attend
Car elles évitent le trac même aux acteurs débutants
Et pour tous mes acrostiches, c’est un vendeur de Perruques
Car ça rime avec postiches c’est donc très bon sur les Pub

Quant à toutes mes citations elles s’affichent chez Total

Leur slogan

Dans nos stations faites le plein de bon mental !!

Tit’can I

Publié dans Mes poèmes | Marqué avec , , , , , , , , , , | 2 commentaires

LES CONS… ZOUFRIS MARACAS Extrait de Prison dorée

LES CONS…

Extrait de l’album prison dorée

Fraîcheur, humour, gouaille, et ce zeste de pep’s que j’aime dans un groupe, leur musique enjouée est dynamisante !! Tout l’album est vraiment très bon !!!

LES CONS

Paroles

Moi si j’écris des ptites chansons
C’est pas pour vous rendre moins cons
Mais pour vous dire que vous l’êtes bien
que vous l’êtes bien, c’est certain, c’est certain…

Moi qui vous voit toute le journée
Z’avez pas l’air de rigoler
L’matin vous partez au boulot
Le soir vous rentrez au tombeau

J’veux pas cracher sur vos ptites vies
Mais quand même elles m’ont l’air pourries
Z’allez bouffer en grandes surfaces
Vous devriez l’savoir qu’c’est dégueulasse

Vous prenez jamais l’temps de rien
Vous en êtes teigneux comme des chiens
Et puis après pour vous calmez
Z’allez acheter une nouvelle télé

Vous croyez qu’ça va vous faire du bien
Les téléfilms américains
La propagande de l’autre teubé
Les jeux où ont gagne du pognon

Z’avez pas encore compris
Qu’vous en aurez jamais assez
Et que c’est l’temps puis le mépris
qui vous boufferont jusqu’au trognon

Moi si j’écris des ptites chansons
C’est pas pour vous rendre moins cons
Mais pour vous dire que vous l’êtes bien
que vous l’êtes bien, c’est certain,
c’est certain…

Si jamais j’avais voulu l’inventer
Avec toute ma bonne volonté
Jamais j’serais allé si loin
C’est certain, c’est certain…

J’vous met pas tous dans l’même panier
Vous pourriez pas tous y rentrer
Puis moi ça m’filerais le bourdon
De voir une telle concentration, constellation, conspiration, consternation

La connerie individuelle
Même si parfois elle me dépasse
Ne sera jamais aussi cruelle
Que la sacre saint connerie de la masse

Celle qui nous fait faire la guerre
Qui nous fait voter pour des cons
Et qui dans un élan d’instinct grégaire
Nous fait respecter notre patron

Vous savez quand même qu’cet enfoiré
C’est sur nous qui s’fait son pognon
Il nous la met toute la journée
Et faudrait qu’on reste mignons

Et j’vous parle pas des banquiers
Qui ont dévalisés le monde entier
Sans que personne ne lève le petit doigt
Moi j’ai pas l’droit au chèque en bois
Toi t’y à droit, non t’y as pas droit
Toi t’es comme moi

Mais que faudra t-il qu’ils nous fassent
Pour qu’au final on réagisse
Si les familles nous laissent de glace
Si l’char d’assaut protège nos vices

Moi si j’écris des p’tites chansons
C’est pas pour vous rendre moins cons
Mais pour vous dire qu’y’a des gens biens
c’est certain, c’est certain…

Ils sont deux cent fois plus nombreux
Que la bande d’imbéciles heureux
qui nous emmène tous au carton
Avec les trompettes et les clairons

L’problème c’est qu’on s’parle pas
Coincés dans le chacun pour soi
Persuadés qu’on est les seuls
A voir qu’on va s’manger la gueule
(A ça on va pas s’rater ça!)

Alors j’lance ça sans trop y croire
Parce que je vis d’musique et d’espoir
Mais la vraiment il s’rait grand temps
Que le grand peuple montre les dents

Et qu’on explique une fois pour toutes
A ces salauds qui servent nos doutes
Qu’on va les jeter en prison
ça va être bon, ça va être bon ça va être bon…
(Parait qu’y’a d’ja peut être Pasqua)

Vu qu’on est là réunis
On a qu’à décider d’un jour
Moi je proposerai le lundi
Pour enfermer tous ces vautours

J’sais pas où ça nous mènera
Mais ça pourra pas être pire
Que de laisser à ces scélérats
Le soin de bousiller notre avenir

Moi si j’écris des p’tites chansons
C’est qu’je sais pas comment vous dire
Qu’une petite révolution
nous redonnera tous le sourire

Publié dans video | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

RENCONTRE ESTIVALE… poème

RENCONTRE ESTIVALE…

Ressentant des chatouillis,
Au bout de mes doigts de pieds,
J’ai cru à une plaisanterie,
En ce plein mois de juillet.
Mais quand ton regard de jais,
Captiva mon attention,
Alors que je t’observais,
Je pris quelques précautions.
Je repliais ma serviette,
Histoire de faire semblant,
De te laisser la conquête,
Du lieu rendu distrayant.
Mais alors sans aucune gène,
Déjà trop proche de moi,
Tu jetais le sable blême
Jusque sur mon frais minois.
Plutôt que de te maudire,
J’ai préférée m’allonger,
En poussant un gros soupir,
La tête tournée de côté.
Mais je n’sais ce qui te pris,
Tout à coup de me faire ça,
Car comme un vrai malappris,
Qui ferait n’importe quoi,
Tu pinças ma fesse très fort,
Et je lançais un juron,
Je criais toi tu es mort,
Ce soir dans mon cabanon.
Tu semblais n’en avoir cure,
En me toisant de guingois,
Prenant cette piètre allure,
Qui me fit rire aux éclats.
Toi qui croyais m’échapper,
Te voilà nu devant moi,
Rouge, chaud, et écartelé !!

Mon crabe cuit, j’ai faim de toa…

Tit’can I

Publié dans Mes poèmes loufoques | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

ENTRE FILLES…. sketch

Etats dames, bd chez Jarjille éditions de Zelba

 Auteur Zelba

ENTRE FILLES…

 

Alors alors ce rendez-vous ???

Ouais, ouais, faut voir…

Mais c’était pas LUI l’ancien super copain de lycée top du top, trop trop méga beau !!!

Oui, oui bon…

Quoi oui bon, il t’a déçu ?

Ben….

Il t’a dit un truc qui fallait pas ???

C’est que….

Il t’a mis les mains sans préambule, c’est ça, il t’aaaa

Nonnnn…

Alors il t’a mal parlé !

Pas vraiment…

J ‘suis sûre qu’il a pas été correct, je te connais assez bien

Ben…

Ben quoi ???

Je sais pas par quoi commencer…

Quoi dis-le !!!

Tu peux nous expliquer ???

J’ose pas…

T’ose pas, mais ma parole on est tes copines ou pas ??

Oui…

Bon alors accouche !!!

Qu’est-ce qu’il t’a fait ??

Ben je sais pas si vous allez le croire…

Oh là là je crains le pire !!!

Oui moi aussi, tu penses à la même chose que moi j’suis sûre…

Écoute, tu sais qu’on est tes amies, et que ce que tu nous diras sortira pas d’ici, hein Jessica ?

Ouais, tu peux en être sûre !!!

Alors il t’a abusé hein c’est ça, avoue

Ben je comprend pas ce qui lui a pris tout d’un coup

J’en étais sûre !!!

C’est grave, faut pas que tu craignes de tout nous dire

Bon ok je préfère tout vous expliquer, j’ai trop honte…

Oui c’est ça, dis-nous tout ce qui s’est passé

Quand on est sorti du cinéma, il m’a amené direct chez lui

Oui, ok

Là il avait à l’avance préparé un super apéro, sushis et tutti quanti…

Oui, rien d’original mais bon et puis ???

Ensuite il a mis de la musique sexy

Ouais je vois…

Tu m’étonnes…

Il avait préparé un repas, la table était déjà toute prête…

Classique !!

Et alors ???

Eh bien quand je lui ai dit : « baisse ton pantalon il faut qu’on se parle »

Il m’a répondu aussi sec : « j’suis pas du genre à parler quand j’fais ça… »

L’obsédé !!!

Quel mufle !!!! Ah les mecs !!! et alors ???

Alors j’en ai conclu que j’étais pas son genre de couturière !!!

Tit’can I

Publié dans Mes sketches | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

PACO DE LUCIA – JOHN MC LAUGHLIN – AL DI MEOLA

Du haut vol avec ces trois grands artistes, la synchronisation des morceaux est remarquable, ce sont des VIRTUOSES !!!

A écouter au casque un peu fort pour se mettre dans l’ambiance concert, et entendre vibrer les cordes…

Publié dans video | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

LE TEST AMANT poème loufoque

LE TEST AMANT

Bonjour jeune et fringant notaire !!
Je suis là pour le test amant,
Veuillez laisser cet annuaire,
Car nous avons tout notre temps.
Je vous propose mon savoir faire,
Avec moi aucun cautionnement,
Il y a des actes dans les affaires,
N’apportant aucuns abattements,
Et même je dirai au contraire,
Ils mettent en forme assurément !!
J’aime les hommes épistolaires,
Qui souvent sont des garnements,
Dans leur bureau en fonctionnaires,
Ils se lâchent alors diablement.
Faites de moi cette créancière,
Rétrocédant des allongements,
Dont vous serez dépositaire,
A convenance évidemment.
J’en tiendrai acte dans vos horaires,
Par cette jouissance allègrement,
Je me ferai très incendiaire,
Et vous espère très hard amant.
Ne soyons pas protocolaire,
Dans cet intime ajustement,
Je vous veux manutentionnaire,
Dans nos transports exhaustivement.
Faites de moi votre inventaire,
Voir votre ange cher facétieusement,
Sortez des chemins nobiliaires,
Soyez voyou éperdument.
Ne soyez pas hypothécaire,
De mon corps seul exclusivement,
Sinon bail, bail mon beau notaire,
Car je vous vœux amoureusement.

Tit’can I

Publié dans Mes poèmes loufoques | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire